"Au service de la France" saison 2 à partir du...

Mardi 12 Juin 2018
1 commentaire






















 
 
La série d'espionnage créée par le scénariste d'"OSS 117" revient pendant tout le mois de juillet en prime time sur la chaîne franco-allemande.

 

Un été placé sous le signe de l'espionnage et de l'humour. Arte programmera la saison 2 de la série française "Au service de la France" à partir du jeudi 5 juillet en première partie de soirée, à raison de trois épisodes inédits par semaine. Cette comédie d'espionnage signée Jean-François Halin, le scénariste de "OSS 117", se concentre sur les services secrets français dans les années 1960. La première saison suivait les premiers pas du héros, André Merlaux, fraîchement débarqué d'Algérie, dans ces services.


"Donner une prestance au personnage"


Le personnage interprété par Hugo Becker ("Chefs", "Baron noir"), donné pour mort à la fin de la dernière saison, gagne en maturité et devient un espion libre et déterminé dans ces 12 nouveaux épisodes. "Pour jouer la saison 1, je m'étais surtout inspiré de Tintin pour être honnête, mais aussi de certains films français de l'époque pour la diction, comme 'Léon Morin, prêtre' avec Belmondo. Là, je suis plus allé chercher du côté du 'Guépard' de Visconti et 'Le Sicilien' de Cimino pour y trouver de l'élégance dans la gestuelle et donner une prestance au personnage...", explique l'acteur.

L'intrigue se resserre sur les personnages avec comme fil rouge le combat mené par André et Moïse (Christophe Kourotchkine) contre le puissant colonel Mercaillon (Wilfred Benaïche). De leur côté, le trio d'agents pas très doués formé par Moulinier (Bruno Paviot), Calot (Jean-Edouard Bodziak) et Jacquard (Karim Barras) poursuit ses missions à travers le monde, de Moscou à Alger en passant par Cuba et Berlin. Mais les services secrets peinent à s'adapter à un monde des années 1960 en plein bouleversement, avec l'indépendance de l'Algérie, la décolonisation, la construction du mur de Berlin... "Les agents restent imperturbables : ils ne maîtrisent rien et ne comprennent rien", constate Jean-François Halin, le papa de la série.

Au-delà de l'humour omniprésent dans cet univers feutré, la série s'attaque à des sujets plus sérieux, comme le tabou de l'homosexualité dans la France gaullienne. "En 1960, l'amendement Mirguet, voté à l'Assemblée nationale, considérait l'homosexualité comme un fléau social au même titre que la drogue ou l'alcool. Je voulais absolument en parler car c'est une problématique qui anime la société française à cette époque", rappelle le créateur de la série.

Enfin, les personnages féminins gagnent en importance dans la saison 2, à l'image d'Irène, la femme du colonel Mercaillon, qui se met en tête de quitter le domicile conjugal ou de Marie-Jo, la secrétaire habituellement très respectueuse de sa hiérarchie, qui va connaître un destin surprenant. "Avec les co-scénaristes de la série, cela nous amusait d'assister à leur évolution au travers du regard des agents, toujours aussi misogynes et phallocrates", souligne Jean-François Halin. Pour les retardataires, les épisodes de la saison 1 seront rediffusés les 26, 27 et 28 juin en fin de soirée sur Arte.


Christophe GAZZANO (ozap.com)

 






 
 
 
 



 
 
 
 
 
Facebook >



 
jimmysabater.com >
 
 
 
 


 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
  • Jow dit :
    15/6/2018 à 19h 26min

    Bonne série, drôle et décalée; très française donc !

  •  
     
    Le BLOG






     
    Pour nous contacter
      destination-series@orange.fr
    L'audience des séries
    Le JDS : le journal des séries  
    Ca ira mieux demain  
    Le coup de projecteur  
    Les dix minutes chrono  
    DALLAS LNG MODERN TALKING
    Les mystérieuses cités d'or Thomas Anders
       
       
    - DESTINATION SERIES - Fajet - 2001/2018 -