Décès de l'actrice américaine Jill Clayburgh !

Lundi 8 Novembre 2010


L'actrice américaine Jill Clayburgh est décédée à l'âge de 66 ans. Primée à Cannes pour son rôle dans "Une femme libre", deux fois nommée aux Oscars, elle a tourné avec Bertolucci, Costa-Gavras et récemment dans les séries "Nip/tuck" ou "Dirty sexy money".

D%c3%a9c%c3%a8s+de+l

Actrice reconnue, souvent récompensée, elle n'a pourtant jamais été une star. L'Américaine Jill Clayburgh, primée à Cannes et nommée aux Oscars, vient de disparaître à l'âge de 66 ans des suites d'une leucémie. Comme d'autres artistes outre-Atlantique, son parcours commence sur les planches (notamment à Broadway dans les années 60 et 70), se poursuit au cinéma (elle y trouve ses rôles les plus marquants au milieu des années 70 et 80) et s'achève sur le petit écran.

Des débuts avec De Niro, une liaison avec Pacino

Jill Clayburgh trouve son premier rôle à l'écran dans "The Wedding Party" (1969), comédie signée par le jeune Brian De Palma, avec aussi un débutant nommé Robert De Niro. Elle partage à cette période la vie d'Al Pacino avant de devenir la compagne du scénariste David Rabe (La Firme). Cette blonde discrète incarne des femmes modernes et volontaires, comme l'héroïne de "La Femme libre" de Paul Mazursky, qui lui vaut un Prix d'interprétation à Cannes en 1978 (ex aequo avec Huppert-Nozière) et une de ses deux nominations à l'Oscar -l'autre arrivera dès 1980 grâce encore à une comédie de moeurs, "Merci d'avoir été ma femme" d'Alan J. Pakula. Dans un registre plus trouble, elle campe une mère incestueuse dans "La Luna" de Bernardo Bertolucci en 1979.

Arcady, "Ally McBeal", Apatow..

Dans les années 80, Jill Clayburgh tourne avec le Russe Konchalovsky (mais dans Le Bayou américain) ainsi que Costa-Gavras (Hanna K., sur le conflit au Proche-Orient) ou même Alexandre Arcady (Le Grand pardon II en 1992). A l'affiche du seul film réalisé par l'acteur Ben Gazzara en 1989, celle qui incarna Carole Lombard en 1976 sera moins présente au cinéma à partir des années 90. Comme d'autres comédiennes de sa génération, elle trouve un second souffle sur le petit écran : mère d'Ally McBeal, elle campe une matriarche chic façon Jackie Kennedy dans "Dirty Sexy Money", et décroche un Emmy pour ses apparitions dans "Nip/Tuck". C'est d'ailleurs le créateur de la série, Ryan Murphy, qui lui offre un de ses derniers rôles au cinéma (Courir avec des ciseaux). On la verra encore le 29 décembre dans "Love, et autres drogues" et plus tard dans "Bridesmaids", une production Judd Apatow.

Julien Dokhan

Jill Clayburgh a lutté courageusement contre cette malade dont elle souffrait depuis 21 ans. Son mari, l'auteur de théâtre David Rabe, a déclaré qu'au moment de sa mort, Jill était chez elle, entourée par sa famille. Selon M. Rabe, l'actrice a combattu la maladie avec courage et dignité.

Elle laisse deux enfants derrière elle : l'actrice Lily Rabe, Michael Rabe et son beau-fils Jason Rabe.

 

David Rabe a indiqué qu'il n'y aura pas de funérailles, mais qu'une cérémonie à la mémoire de la comédienne se déroulera dans environ six mois.

Source : cinetelerevue.be

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
Le BLOG






 
Pour nous contacter
  destination-series@orange.fr
L'audience des séries
Le JDS : le journal des séries  
Ca ira mieux demain  
Le coup de projecteur  
Les dix minutes chrono  
DALLAS LNG MODERN TALKING
Les mystérieuses cités d'or Thomas Anders
   
   
- DESTINATION SERIES - 2001/2019 -